laboratoire de création contemporaine

-

Le Fonds de dotation Marie-Thérèse Allier pour l’art contemporain, mis en place par l’ancienne directrice de la Ménagerie de Verre pour assurer la pérennité de son lieu après son décès a désigné l’auteur, metteur en scène et ancien directeur du théâtre des Amandiers, Philippe Quesne comme directeur artistique. Il prend ses fonctions en juillet 2022.

Cette nomination suit les vœux de Marie Thérèse Allier qui en avait fait son « héritier esthétique ».
Philippe Quesne compte rester fidèle à l’esprit de la Ménagerie de verre, «très accessible pour les artistes». Il rendra vivante et visible à partir de 2023 une famille d’artistes proche de l’esprit Ménagerie : celle des inventeur.trice.s plus que des continuateur.trice.s.
Avant sa disparition, Marie-Thérèse Allier avait programmé la prochaine édition du festival Les Inaccoutumés du 17 octobre au 5 novembre ainsi que l’exposition « Éloge de l’image » du 22 novembre au 16 décembre, une invitation faite à Jean-Luc Godard de présenter dans tous les espaces de la Ménagerie un parcours à travers ses derniers films.

Nous vous en dirons plus prochainement. 


Le Fonds de dotation Marie-Thérèse Allier

L’équipe de la Ménagerie de Verre

 


La Ménagerie de Verre, une fabrique expérimentale.

Ancienne imprimerie datant de la fin du 19e siècle réhabilitée en 1983 par l’architecte Pierre-Louis Faloci (grand prix d’architecture 2018), la Ménagerie de Verre s’est inscrite dans le paysage culturel international comme lieu atypique de création artistique contemporaine, ambitieuse et exigeante. 

Sa fondatrice, Marie-Thérèse Allier, a mis le lieu au service des artistes pour leur donner les moyens et les espaces de développer les propositions marquantes de la scène artistique de leur époque. L’activité de la Ménagerie de Verre s’articule autour de trois axes : la production, la diffusion et la transmission.

D’Odile Duboc à François Chaignaud en passant par Jérôme Bel, Alain Buffard, Carolyn Carlson, Raimund Hoghe, Nadia Lauro ou Boris Charmatz, les chorégraphes ont trouvé à la Ménagerie de Verre les ressources artistiques et pédagogiques essentielles au cisèlement de leur écriture scénique. 

Lieu plus que précieux pour les danseurs, il l’est aussi devenu pour les metteurs en scène (Philippe Quesne, Vincent Macaigne,…), les écrivains (Christophe Fiat, Gaëlle Obiégly,…), les musiciens (Kasper T. Toeplitz, Peter Von Poehl,…), les plasticiens (Nicolas Floc’h, Dominique Gilliot,…), cultivant la transversalité des projets, le dialogue interdisciplinaire.

Sa liberté et son indépendance lui ont permis d’être à l’écoute de toutes les émergences, attirant l’attention et le respect d’une scène internationale engagée. Le lieu irrigue ainsi par la singularité de ses choix un réseau européen d’artistes producteurs de formes et de sens qui alimentent, en retour, la communauté artistique française, par leur présence à la Ménagerie, véritable lieu de rencontre des courants artistiques de notre époque.

La spécificité des oeuvres programmées à la Ménagerie de Verre et l’aventure unique que le lieu poursuit sans concession aux côtés des artistes participent à la création d’un véritable «label Ménagerie», que le lieu est fier de présenter deux fois par an, lors des festivals Etrange Cargo au printemps et Les Inaccoutumés à l’automne.

_____________

La ménagerie de verre, un espace où l’imprévisible peut prendre sa place.
L’Express

« Je sentais la nécessité d’offrir aux artistes de cette génération ce que je n’avais pas eu moi-même. C’est cette idée qui a motivé mon combat pour créer cette ménagerie, pour créer un laboratoire où les artistes pourraient, tout au long de la journée, s’installer et créer. Il s’agissait de leur ouvrir les portes d’une maison, de façonner un espace propice aux croisements, aux rencontres, aux échanges… Ici, c’est l’espace du travail quotidien, dans lequel ils se passent le relai autour d’une certaine idée de l’art : celle du questionnement permanent des corps, au sein d’un lieu qui est resté au fil du temps une fabrique de pratiques singulières. Une maison qui est à la fois la mienne, celle des artistes mais aussi celle d’un rêve, que j’ai eu il y a plus de 30 ans et qui me hante toujours : l’idée d’un lieu à la fois physique et mental prônant la création, et son indispensable irrévérence. »
Marie-Thérèse Allier, directrice de la Ménagerie de Verre

C’est dans cet esprit de recherches et de création, d’ouverture et d’humanité, que Marie-Thérèse Allier a créé l’espace de la ménagerie de verre; un espace où l’imprévisible peut prendre place. L’Express

Reportage : Square Artiste : carte blanche à Raimund Hoghe, avec Marie-Thérèse Allier (2015).

En savoir +

STUDIO BALANCHINE

STUDIO WIGMAN

STUDIO DUNCAN

STUDIO DIAGHILEV

STUDIO COCTEAU

CAFÉTÉRIA

- Résidences -

Véritable laboratoire d’expérimentation de danse et de théâtre, à la fois comme espace physique mais aussi comme espace symbolique, il se donne pour objectif de renforcer et de développer ce qui fait sa spécificité depuis sa création: être un lieu de rencontre et de création, un véritable lieu de mixité, de recherche et de transversalité artistiques, intellectuelles et technologiques.

Entre 2022, Alexandre Roccoli sera l’artiste en résidence longue à la Ménagerie de verre. Dans le cadre de cette association, deux cartes blanches, un workshop et une création verront le jour. Plus d’infos à venir…

Découvrir les artistes associés