laboratoire de création contemporaine

-

Marie-Thérèse Allier, directrice-fondatrice de La Ménagerie de Verre à Paris, est décédée le 26 mars 2022, à l’âge de 91 ans. Les obsèques se dérouleront le jeudi 31 mars à 13h30 à la Coupole du Cimetière du Père Lachaise (Paris).
Issue de la danse classique, Marie-Thérèse Allier a rompu avec ce qu’elle considérait comme un carcan et s’est dirigée vers la danse contemporaine dont elle deviendra une figure déterminante pour son essor artistique. C’est ainsi qu’elle ouvre la Ménagerie de Verre en 1983 dans une ancienne imprimerie située dans le 11ème arrondissement de Paris. C’était pour elle « l’idée d’un lieu physique et mental prônant la création et son indispensable irrévérence ». Elle consacre d’emblée cet espace à la transmission, la création et la diffusion.

C’est dans les studios de la rue Léchevin que nombre d’artistes chorégraphiques continuent de se former en côtoyant des artistes majeurs, notamment dans les années 80, où ils y découvrent et pratiquent les techniques venues d’Outre-Atlantique, d’Allemagne, de Belgique. Cette ouverture et cette diversité d’appréhension du mouvement favorisent le renouvellement des formes et nourrissent l’imaginaire des créateurs.

En dialogue permanent avec les artistes, Marie-Thérèse Allier aimait déceler les talents et l’acuité de ceux qui transforment les expressions artistiques, le rapport au plateau et l’adresse au public. Depuis les années 80, la Ménagerie de Verre est le laboratoire des expérimentations et la fabrique d’œuvres de plusieurs générations d’artistes. La liste est longue et pour ne citer que quelqu’uns d’entre eux : Philippe Decouflé, Daniel Larrieu, Angelin Prejlocaj, Régine Chopinot, Jérôme Bel, Boris Charmatz, Xavier Leroy, Mathilde Monnier, Alain Buffard, Rachid Ouramdane, Christian Rizzo, Raimund Hogue, François Chaignaud, Ivana Müller, Gaëlle Bourges… Indisciplinée et donc interdisciplinaire dans l’âme, Marie-Thérèse Allier était la complice de metteurs en scène tels que Claude Régy, Pascal Rambert, Philippe Quesne, Vincent Macaigne tandis que des plasticiens et des musiciens ont eux-mêmes trouvé leur place dans cette constellation de créateurs et créatrices.

L’espace « off » est l’espace d’accueil d’œuvres dont certaines marquent une bascule artistique. Il est souvent l’endroit des premières visibilités d’artistes qui aimeront ensuite y revenir. Marie-Thérèse Allier lance, en 1995, le festival Les Inaccoutumés programmé chaque automne, puis suivra Étrange Cargo tous les ans au printemps. Depuis lors, ces deux manifestations sont les plateformes incontournables de l’avant-garde d’aujourd’hui et sont des références en France et à l’international.

Convaincues de l’importante et la pertinence de cet espace atypique, la DRAC Île-de-France, la Mairie de Paris, la Région Île de France, apportent leur soutien à ce lieu privé porté par sa fondatrice.

L’intuition clairvoyante de Marie-Thérèse Allier n’a cessé d’être en veille. Avant de s’éteindre, elle a finalisé la programmation des Inaccoutumés prévu à l’automne 2022, et posé les jalons du quarantième anniversaire de la Ménagerie en 2023.

En 2010, elle a créé son fonds de dotation pour s’assurer de la pérennité de son action.  C’est dans ce cadre que s’inscrira en novembre prochain, l’invitation à Jean-Luc Godard « Éloge de l’image », un parcours de films et projections, dans les espaces de la Ménagerie de Verre.

Marie-Thérèse Allier était Chevalier de la Légion d’honneur, Officier des Arts et des Lettres. Elle avait également reçu la Médaille Beaumarchais de la SACD.

 

Le Fonds de dotation Marie-Thérèse Allier

L’équipe de la Ménagerie de Verre

 


La Ménagerie de Verre, une fabrique expérimentale.

Ancienne imprimerie datant de la fin du 19e siècle réhabilitée en 1983 par l’architecte Pierre-Louis Faloci (grand prix d’architecture 2018), la Ménagerie de Verre s’est inscrite dans le paysage culturel international comme lieu atypique de création artistique contemporaine, ambitieuse et exigeante. 

Sa fondatrice, Marie-Thérèse Allier, a mis le lieu au service des artistes pour leur donner les moyens et les espaces de développer les propositions marquantes de la scène artistique de leur époque. L’activité de la Ménagerie de Verre s’articule autour de trois axes : la production, la diffusion et la transmission.

D’Odile Duboc à François Chaignaud en passant par Jérôme Bel, Alain Buffard, Carolyn Carlson, Raimund Hoghe, Nadia Lauro ou Boris Charmatz, les chorégraphes ont trouvé à la Ménagerie de Verre les ressources artistiques et pédagogiques essentielles au cisèlement de leur écriture scénique. 

Lieu plus que précieux pour les danseurs, il l’est aussi devenu pour les metteurs en scène (Philippe Quesne, Vincent Macaigne,…), les écrivains (Christophe Fiat, Gaëlle Obiégly,…), les musiciens (Kasper T. Toeplitz, Peter Von Poehl,…), les plasticiens (Nicolas Floc’h, Dominique Gilliot,…), cultivant la transversalité des projets, le dialogue interdisciplinaire.

Sa liberté et son indépendance lui ont permis d’être à l’écoute de toutes les émergences, attirant l’attention et le respect d’une scène internationale engagée. Le lieu irrigue ainsi par la singularité de ses choix un réseau européen d’artistes producteurs de formes et de sens qui alimentent, en retour, la communauté artistique française, par leur présence à la Ménagerie, véritable lieu de rencontre des courants artistiques de notre époque.

La spécificité des oeuvres programmées à la Ménagerie de Verre et l’aventure unique que le lieu poursuit sans concession aux côtés des artistes participent à la création d’un véritable «label Ménagerie», que le lieu est fier de présenter deux fois par an, lors des festivals Etrange Cargo au printemps et Les Inaccoutumés à l’automne.

_____________

La ménagerie de verre, un espace où l’imprévisible peut prendre sa place.
L’Express

« Je sentais la nécessité d’offrir aux artistes de cette génération ce que je n’avais pas eu moi-même. C’est cette idée qui a motivé mon combat pour créer cette ménagerie, pour créer un laboratoire où les artistes pourraient, tout au long de la journée, s’installer et créer. Il s’agissait de leur ouvrir les portes d’une maison, de façonner un espace propice aux croisements, aux rencontres, aux échanges… Ici, c’est l’espace du travail quotidien, dans lequel ils se passent le relai autour d’une certaine idée de l’art : celle du questionnement permanent des corps, au sein d’un lieu qui est resté au fil du temps une fabrique de pratiques singulières. Une maison qui est à la fois la mienne, celle des artistes mais aussi celle d’un rêve, que j’ai eu il y a plus de 30 ans et qui me hante toujours : l’idée d’un lieu à la fois physique et mental prônant la création, et son indispensable irrévérence. »
Marie-Thérèse Allier, directrice de la Ménagerie de Verre

C’est dans cet esprit de recherches et de création, d’ouverture et d’humanité, que Marie-Thérèse Allier a créé l’espace de la ménagerie de verre; un espace où l’imprévisible peut prendre place. L’Express

Reportage : Square Artiste : carte blanche à Raimund Hoghe, avec Marie-Thérèse Allier (2015).

En savoir +

STUDIO BALANCHINE

STUDIO WIGMAN

STUDIO DUNCAN

STUDIO DIAGHILEV

STUDIO COCTEAU

CAFÉTÉRIA

- Résidences -

Véritable laboratoire d’expérimentation de danse et de théâtre, à la fois comme espace physique mais aussi comme espace symbolique, il se donne pour objectif de renforcer et de développer ce qui fait sa spécificité depuis sa création: être un lieu de rencontre et de création, un véritable lieu de mixité, de recherche et de transversalité artistiques, intellectuelles et technologiques.

Entre 2022, Alexandre Roccoli sera l’artiste en résidence longue à la Ménagerie de verre. Dans le cadre de cette association, deux cartes blanches, un workshop et une création verront le jour. Plus d’infos à venir…

Découvrir les artistes associés