Etrange Cargo 2021

Du 16 mars au 10 avril 2021

Festival de création contemporaine

Du 16 mars au 10 avril 2021 -

Espace pluridisciplinaire dédié à la création contemporaine, la Ménagerie de Verre est le lieu de tous les croisements d’expression artistique depuis 1983. Pensé comme un laboratoire d’expérimentation de la danse et du théâtre contemporain, la Ménagerie se met au service d’artistes audacieux, qui pourront élaborer leurs créations in situ. L’édition 2020 du festival Etrange Cargo confirme cet engagement, pour encourager toujours plus la vitalité créatrice contemporaine.

En ouverture, au croisement du concert, de la danse et de la lecture, Olivia Grandville se saisit avec le comédien Laurent Poitreneaux de La Guerre des pauvres d’Eric Vuillard : une fresque historique et fiévreuse, qui fait écho aux luttes d’aujourd’hui.

Nourrie d’échanges, la partition proposée par Yves Chaudouët à Valérie Dréville et Yann Boudaud éclot en un acte réflexif sur ce qui est en train d’advenir. Il Loggiato devient le lieu de la « répétition » d’instants-perles, le corps de la rencontre infinie.

En deuxième semaine, Yuming Hey et Mathieu Touzé reviennent à la Ménagerie avec Une absence de silencel’adaptation du roman Que font les rennes après Noël ?, qui s’adresse avec poésie à notre rapport à l’animal, à notre animalité.

Raimund Hoghe donne ensuite Musiques et mots pour Emmanuel, solo créé pour le danseur Emmanuel Eggermont, tout en lenteur suave, sur des textes et musiques choisis pour sublimer son geste.

En troisième semaine, Florian Pautasso & Grégoire Schaller installent une voiture au cœur de Crash, nous renvoyant à notre consumérisme, notre naïf sentiment de puissance, entre extrême lenteur et tensions nerveuses.

Alexandre Roccoli présente ensuite sa dernière création, Di Grazia, nous plongeant dans la mystique du Sud de l’Italie, ses dialectes anciens et son anatomie politique des passions.

Avec Chemin de l’âme, Isild Le Besco invoque, elle, une femme dans ses souvenirs, ses émotions, sa construction, sa vision, son chemin de vie et son intime.

Enfin, Anna Gaiotti & vierge noir e s’emparent de la figure de la prostituée, son corps brut, son désir, les images métaphoriques qu’elle porte, dans Les Antécédentes.

Nous vous invitons, une fois encore, à de très belles découvertes à la Ménagerie de Verre.

Marie-Thérèse Allier